jules images julimages blog photographe
6 septembre 2017

Client = Grenouille

...révoltez-vous coaa !!

Je vous assure qu’il ne s’agit pas d’une légende mais je ne vais pas tergiverser là-dessus, chacun gère sa vie comme il l’entend. Pour ma part, il m’est impossible de m’investir pour quelqu’un qui a les yeux plus gros que le cerveau.

Je prends plaisir à me vendre en ne misant que sur votre discernement, faisant fi des astuces marketing. Procéder autrement contredirait ma façon de voir le commerce qui est de ne pas vous réduire à l’oie gavée, à la grenouille devant laquelle on agite un foulard rouge dans le but de dévorer ses cuisses.

Nous, commerçants, portons la responsabilité de vos instincts.

Les nourrir à outrance (cf l’ultra concurrence) génère, n’ayons pas peur des mots, des dingues. Il n’y a qu’à voir les soldes où de pauvres gens meurent piétinés par leurs congénères hystériques. Soit on y trouve son compte et je le comprends tout à fait, soit on se retourne contre le courant et, petit à petit, comme le courageux castor, on construit le barrage quitte à modifier le tracé du fleuve.

Oui, je résiste camarade castor, je vends mes prestations sans prédation. Je le fais aussi pour vous car seul un rapport sain, de respect et clarté mutuels, peut aboutir à une prestation rondement menée et à un résultat à la hauteur, de l’épiderme au coeur.

On me dira que cette course est vaine, que le cerveau du client est simple et court après le style, la marque, le wizz et le buzz, comme le crapaud saute sur le foulard rouge. On me dira que “des études ont été faites”, que le marketing est une loi inéluctable, comme une sentence, une interdiction d’aller voir ailleurs, de tenter autre chose voire de cultiver au fond de soi la certitude que le discernement est l’outil commercial le plus sain qui existe.

Comme je l’évoque à la fin de cet article, nous, photographes de mariage, faisons tous à peu près la même chose. Alors, pour se différencier on peut miser sur le “wouah !” c’est à dire l’image de prospectus par exemple “Ken et Barbie se marient au Mont Fuji”. Technique marketing très efficace sur les grenouilles qui sont tout de suite charmées.

On peut aussi, pour se démarquer, se définir un style. Attention tout de même car une identité visuelle trop forte noie le sujet photographié ! Le style est également un piège pour son créateur qui ne peut plus en sortir sous peine de désorienter ceux qui le suivent. Il faut donc savoir que ce choix couve un double enfermement. Plus la “patte” est reconnaissable, plus elle attire la clientèle correspondante mais moins elle laisse de place à l’autre et à la nouveauté.

Pour ma part, la seule singularité que je revendique, c’est l’écriture. Elle est mon foulard rouge. Elle a l’élégance de ne pas vous réduire à votre cerveau reptilien tout en vous révélant ce que je suis profondément ce qui la protège intrinsèquement contre la copie. Est-ce suffisant pour que vous me choisissiez ? A vous de me dire… mais si vous avez tenu jusque là, c’est qu’il doit y avoir déjà un petit quelque chose.

Voilà, chère grenouille, merci d’avoir sauté hors de la foire aux foulards pour atterrir sur mon petit barrage au milieu du fleuve.

Puisse le castor courageux rendre ton cerveau plus gros que tes yeux.

jules images julimages blog photographe

Vous, après la lecture de l'article. Ressemblant, non ?

RECENT POSTS